Fleur d'Eau ou la renaissance des Halles

Fleurd_Eau2

Le 3 mai 2005, vous étiez des milliers à découvrir le nouvel espace commercial du centre-ville. Pourtant pendant plusieurs années le secteur de la République fut un peu le mal aimé des Angevins. C'est à l'emplacement actuel de "Fleur d'Eau" que, durant dix-neuf ans, le centre commercial des Halles a tenté de survivre. Et le terme n'est pas exagéré.

Si "Fleur d'Eau" a vu le jour, c'est bien parce que les Halles ne fonctionnaient plus. Elles ont pourtant eu leur moment de gloire. C'était en 1984, plus exactement le 14 mai. Ce jour-là le maire de l'époque, Jean Monnier inaugurait les Halles mettant du même coup fin au trou de la République. On ne tarissait pas d'éloge sur le nouveau centre: "une grande nef de verre et d'acier posée comme une libellule au milieu du plus vieux quartier de la ville", on louait "l'esthétique incontestable de l'ensemble". La verrière dérangea très vite les commerçants qui, dès l'été suivant, furent écrasé par une chaleur étouffante.

Plusieurs aménagements sont réalisés mais, après une décennie prospère que couronne en 1995 l'implantation d'une brasserie sur 400m2, les Halles péréclitent. Les fermetures se succèdent et le public les boude. La faute à qui ? Sans doute au concept du centre commercial qui propose un mixte alimentaire et non alimentaire, en clair un rez-de-chaussée avec des commerces alimentaires et un étage ayant une vocation aux activités de loisirs. L'architecture du site est aussi en cause: le centre est semi enterré et manque de visibilité et de clarté.

angers_0092
le centre commercial des Halles

Le marché est devenu un no man's land, les Angevins ont perdu confiance en les Halles. Alors le 26 octobre 2000, le président de la Chambre de Commerce et d'industrie d'Angers laisse entendre que ce dossier des plus "ardu et compliqué" pourrait trouvé une issue des plus radicales. Après avoir un temps envisagé l'implantation d'un supermarché à l'emplacement des commerces vacants, décision est prise de restructurer entièrement les Halles. Tous les promoteurs consultés, s'ils louent l'emplacement (à quelques mètres de la cathédrale) et le stationnement du site (parking sous les Halles), préconisent la destruction car le lieu ne répond plus aux besoins actuels.

Un appel de projet est lancé et en juillet 2001, deux promoteurs sont enlices: la Sorif et Apsys. C'est ce dernier qui est retenu en novembre. Son projet est original, son centre commercial ne comprend pas de couloirs internes, tous les magasins ont un accès directs sur la rue, l'allée commerciale c'est la rue elle-même. Le promoteur annonce d'ores et déjà que des contacts sont noués avec de grandes enseignes.

chantier_fleur_d_eau1
le nouveau centre commercial en chantier

Le 14 août 2003, le rideau tombe définitivement sur les Halles après un quatrième avis défavorable de la commission départmentale de sécurité. Les 42 propriétaires des Halles ont revendu leurs murs à Apsys, non sans difficultés eu égard au prix de rachat. Entre temps deux hôtes du futur centre se sont fait connaître: Monoprix, avec son concept citymarché et Planète Saturn, un spécialiste de l'équipement de la maison et des loisirs.

La démolition des Halles commence en mars 2004. Il ne faut alors qu'un an pour que le nouveau centre commercial sorte de terre. Le 1er avril, le nom est dévoilé: adieu les Halles, bonjour Fleur d'Eau. Cette appellation en déroute plus d'un, moi-même j'ai du mal à voir le lien avec le centre, mais selon les concepteurs il associe les Berges-de-Maine toutes proches à l'idée de beauté de la nature et de développement durable (cher au maire d'Angers Jean-Claude Antonini). Les autres enseignes sont elles aussi connues: les deux autre moyennes surfaces qui accompagneront Monoprix et Saturn sont H&M et GO Sport. Quatre enseignes inédites à Angers dans le but de faire revenir les clients dans le centre-ville, et notamment les jeunes, et de redynamiser ce secteur. Un restaurant (Comptoir de maitre kanter) et six boutiques (La Redoute, Nicolas, The Phone House, France Télécom, Atol Opticiens, Airaud et Subway) complètent l'offre. L'ensemble couvre au total 13 600m2 contre 4 200 auparavant.

fleur_d_eau_r_publique
le centre côté place de la république

La ville en a profité pour réaménager les places et rues alentours, ainsi la circulation automobile est-elle supprimée sur la place Mondain Chanlouineau qui accueille désormais les terrasses des cafés.
Le centre commercial Fleur d'Eau est inauguré en grande pompe le 3 mai 2005 par Jean-Claude Antonini, le maire et Mairice Bansay le PDG d'Apsys. Même Gérard Depardieu y fait une apparition aussi brève que surprise.

Le lendemain le centre ouvre ses portes au public. Seul H&M avait joué les éclaireurs en ouvrant dès le 13 avril. Les Angevins viennent en masse et ce durant plusieurs jours. Chez Planète Saturn, on fait entrer les clients au compte goutte. L'engouement du public est de bonne augure pour le promoteur qui table sur 5 milions de visiteurs par an.

L'architecture quant à elle divise autant que le nom, certain estimant que le bâtiment s'insère mal dans son environnement. Pour ma part je trouve au contraire qu'il s'insère parfaitement: ses facades vitrées reflètent les bâtiments alentours, aucunes perspectives de la cathédrale n'ont été rognés.

fleurdeau1
Fleur d'Eau côté place Mondain Chanlouineau

Le centre commercial Fleur d'Eau a donné un nouveau souffle au quartier République qui en avait grand besoin. L'animation commerciale s'est rapproché de la Maine mais cela ne profite pas encore à la place de la République et à la rue Baudrière qui restent à l'écart.