Le Palais des Marchands, premier grand magasin angevin

Angers_011
Le Palais des Marchands au début des années 30 à l'angle
des rues Baudrières et Saint-Laud

Cinquante ans après l'ouverture de la Belle Jardinière, à Paris, Angers découvre son premier grand magasin. Le 29 octobre 1875, Rémy Chalouineau crée en effet le Palais des Marchands, un nom qui fait référence un hôtel particulier de la rue Baudrière. Il s'associe avec deux autres négociants angevins, Rémy Mondain et Louis Vollerit pour former une société destinée au commerce de nouveautés, établie 63 et 65 rue Baudrière dans la maison Chanlouineau.

Très vite le magasin prospère et s'affiche dans la presse dès 1876 comme "les plus vastes magasins de nouveautés d'Angers". On annaonce la construction d'une grande galerie destinée à la vente de tissus d'ameublement, ainsi que deux salons de confection pour dames. Six nouvelles galeries sont inaugurées le 20 octobre 1879. Toute la ville en parle. "Ce qui mérite d'être signalé, ce sont les dispositions prises pour donner aux nouvelles galeries l'espace et la clarté nécessaire, ainsi que les dimensions énormes que l'on peut voir aujourd'hui" (Journal du Maine-et-Loire, 4 octobre).
C'est une révolution dans le commerce angevin. D'importants stocks sont achetés, quelquefois de deuxième choix, et vendus à très bas prix. Le Palais des Marchands se diversifie et ouvre un magasin annexe consacré aux meubles dans la rue Baudrière qui connaît une certaine effervescence lors de l'innauguration de mars 1880. C'est en effet le premier magasin éclairé à l'électricité. Une salle à manger en vieux chêne est alors vendue à 395 francs, sachant q'un cantonnier de la mairie gagne alors entre 850 et 1000 francs par mois.Un bon marché qui s'explique par le fait que les meubles soient produits dans les ateliers mêmes du magasin.

Immédiatement après, les propriétaires réorganisent complètement les comptoirs de costumes et avetissent qu'ils feront pour les costumes ce qu'ils font pour les meubles: les prix - à qualité égale - seront moitié moins chers que dans les magasins spécialisés. Peu à peu Le Palis des Marchands occupe tout l'îlot situé entre les rues Baudrière, Cupif (parallèle à la Rue Plantagenêt) et de l'Epicier (future rue Jules Ferry, à l'emplacement de l'actuel centre commercial Fleur d'Eau).
Une nouvelle inauguration a lieu à grand renfort de "réclames" le 16 octobre 1882. Les nouveaux magasins s'étalent sur 6000m2, ce qui est colossal pour l'époque. "Les halls ne contiendront pas moins de cinquante mille pièces de tissus de toutes sortes [...] Les salons du prmeir étage seront remplis de toilettes nouvelles". Le succès est incroyable: "une animation extraordinaire régnait dans les rues d'Angers.La seule et unique cause de cette animation s'expliquait par l'inauguration des vastes magasins du Palais des Marchands". 9500 clients se précipitent aux neufs caisses. En souvenir, on leur distribue une chromolithographie figurant un paysage suisse.

Le succès angevin permet l'ouverture progressive de succursales dans dix villes de l'Ouest, de La Baule à Tours. Et c'est ainsi que prit corps la légende du Palais des Marchands, que le gigantesque incendie dans lequel il périt en 1936 devait encore attiser.
Par la suite, les Halles puis aujourd'hui Fleur d'Eau ont repris le flambeau.

D'après le récit de Sylvain Bertoldi, conservateur des archives d'Angers