Tranchée couverte: sécurité maximum

547ip

Septembre 2006. Ouvrage majeur du contournement autoroutier nord d'Angers, qui ouvrira à la circulation en août 2008, la tranchée couverte, destinée à protéger les riverains de la pollution et du bruit dans la traversée d'Avrillé et des quartiers Nazareth, Verneau et Capucins à Angers, s'étend désormais sur 1700 m. Les travaux de gros oeuvres de cet ouvrage, unique en son genre dans la région, sont achevés depuis cet été. Les opérations d'étanchéité et de remblais sont en cours, avant la réalisation des chaussées et la mise en place des équipements.

Parallèlement, les pompiers, la DDE et Cofiroute mettent la dernière touche au "plan d'intervention et de sécurité" qui sera validé par les services de l'Etat dans le courant de l'année prochaine. Ce document passe en revue les différents scénarios d'accidents possibles et les réponses adaptées. La règlementation draconienne s'inspire largement des causes du drame du Mont-Blanc qui avait fait 39 morts le 24 mars 1999. Pour limiter les risques et faciliter l'intervention des secours, le tunnel de l'A11 sera équipé de deux tubes séparés et étanches, 16 issues de secours (une tous les 200 m, huit de chaque côté), 32 niches (soit 16 dans chaque tube) et trois centrales d'extractions composées chacunes de 6 ventilateurs, l'ensemble étant placé sous vidéo surveillance. En cas d'accident, des panneaux lumineux inviteront les automobilistes à sortir à l'échangeur précédent et des barrières pourront être abaissés aux entrées pour éviter que d'autres véhicules ne s'y engouffrent. La vitesse dans le tunnel sera limitée à 90 km/h.

Accès interdit aux matières dangereuses

Les poids lourds pourront circuler dans la tranchée couverte sauf ceux transportant des matières dangereuses. Le transport de ce type de marchandises n'est autorisé en milieu confiné (tunnel ou autre ouvrage assimilé) qu'à la suite d'une étude comparant les risques théoriques que présentent les différents itinéraires possibles, de façon à sélectionner le moins accidentogène d'entre eux. Dans le cas de l'autoroute A11, les voies sur berges d'Angers demeurent peu bordées d'habitations et ont été jugées comme l'alternative la mieux adaptée aux transports dangereux. Il faudra néanmoins trouver de nouveaux itinéraires quand on sait que la municipalité souhaite transformer les voies sur berges en boulevard urbain. La logique voudrait que l'on transfère ce type de transports sur la future rocade sud mais celle-ci ne devrait par voir le jour avant une dizaine d'années... dans le meilleur des cas !

Source: Le Courrier de l'Ouest