Le tramway au coeur
de la bataille des municipales


1.1: le projet Béchu-Gérault

P693556D452369G_px_470_w_ouestfrance_
Ouest France (pour agrandir, cliquer sur l'image)

Qu'on se le dise, le tramway sera l'enjeu de ces municipales. Et c'est le duo Béchu-Gérault qui a dégainé le premier il y a trois semaines en proposant un plan B. Non au centre-ville ! tel pourrait être leur mot d'ordre. Leur proposition: faire passer le tram par les Carnot et Ayrault, via le Centre des congrès. Il est, selon eux, encore possible d'arrêter la décision d'utilité publique prise par le préfet. Et de la reprendre aussitôt, avec comme conséquence de douze à dix-huit mois de retard sur le projet. Soit une livraison du tramway prévue en 2012, au lieu de 2010. "Pendant ce temps, on fera en sorte d'accélérer les constructions sur le plateau Mayenne-Capucins qui seront desservies par le tramway."

Dans la foulée, Christophe Béchu et Laurent Gérault se posent la question de l'avenir de la place Imbach, actuellement livrée aux voitures. Ils veulent en faire une place plus dynamique qui serait un véritable trait d'union entre le Centre des congrès et le coeur de la cité. Et la place du Ralliement alors ? Elle sera piétonne, mais l'accès aux automobiles ne sera pas interdit. Quid du pont sur la Maine ? "Parlons-en... Un pont qui arrive au premier étage du multiplexe, c'est absurde. Il faut réfléchir à autre chose." Un pont de berge à berge, par exemple ? En pointant du doigt la qualité des sols "qui ne pourront pas soutenir les piliers d'un pont en hauteur", Laurent Gérault acquiesce : "Si c'est possible, on le fera !".

Une deuxième certitude : il ne faut pas attendre pour lancer le chantier d'une seconde ligne. "Elle doit partir de Belle-Beille pour se connecter à la première ligne, soit au boulevard Foch, soit à l'hôpital." Les deux hommes s'engagent à une livraison en 2015. Ils envisagent ensuite de prolonger cette deuxième ligne vers l'Est mais en optant pour le busway, qui comme son nom l'indique est à mi-chemin entre le tram et le bus. Au final, Laurent Gérault est tout sourire: "je suis content · Ma ligne Roseraie/Belle-Beille, je l'aurai à l'échéance 2015 !".

Source: Ouest France