La chaîne Angers 7 a
définitivement cessé d'émettre

angers_7_logo_fin_39

Jeudi 13 mai 2010. Le tribunal de commerce d'Angers a prononcé mercredi la liquidation judiciaire de la chaîne de télévision locale Angers 7, qui emploie 16 salariés. Une seule offre de reprise avait été présentée, par la société rennaise TV Loco, mais elle n'a pas été jugée crédible par les différentes parties au dossier, a précisé le représentant des salariés, Olivier Molia, qui s'exprimait à la sortie du tribunal. La perspective d'une poursuite de l'activité était, de toute façon, très sérieusement compromise depuis que la ville d'Angers - principal actionnaire aux côtés du Groupe Ouest-France - avait fait connaître sa décision de ne pas poursuivre l'aventure.

L'équipe d'Angers 7 s'était aussi tournée vers le département. Reçus le 10 mai par Christophe Béchu, les salariés ont eu le sentiment d'être écoutés par un interlocuteur qui "connaissait le dossier". Mais, dans un communiqué publié après la rencontre, le président du conseil général a fait savoir que le département "aurait été prêt à participer à un projet de reprise, sous certaines conditions", mais qu'il "n'était pas en mesure d'accompagner le projet de reprise à hauteur de 500.000 euros". Il s'est également dit "convaincu de l'intérêt pour notre territoire de disposer d'une télévision locale". Des propos en phase avec les déclarations de Fabrice Gasdon,  rédacteur en chef d'Angers 7 qui, à l'issue de l'audience, s'est dit persuadé "qu'il y aura une volonté politique pour faire renaître quelque chose, que les Angevins ne resteront pas trop longtemps sans télé locale. [...] Je vois mal Angers et le département du Maine-et-Loire se passer d'une télé locale". Une ville qui pâtit par ailleurs de l'absence de France Bleu et d'un décrochage de France 3.

Lancée en 2007, la chaîne hertzienne Angers 7 avait pris la suite de la télévision câblée TV10, lancée par la ville d'Angers en 1988. Ce sont donc 22 années de télévision locale qui ont pris fin ce mercredi avec l'arrêt définitif d'Angers 7. Dans la soirée, le maire, Jean-Claude Antonini, a réagit à la décision du tribunal en publiant une vidéo sur le site internet de la ville (voir ci-dessous).