Une deuxième ligne de tramway
à l'horizon 2020

tram07052010
(Crédits : Snocotra)

Vendredi 11 juin 2010. Le projet de deuxième ligne du tramway a obtenu l'aval de tous les maires de l'agglomération, jeudi soir, lors du conseil communautaire.

Cette ligne B s'étendra sur 16 km, de Beaucouzé au parc des expositions. Il ne s'agit toutefois que d'un projet, le tracé définitif pouvant être soumis à plusieurs modifications. Cette seconde ligne partirait donc du futur quartier des Hauts de Couzé, traverserait le centre de Beaucouzé, le campus par la rue Lakanal, le quartier Belle-Beille par l'avenue Patton, avant de rejoindre la gare Saint-Laud (via les rues Marceau et Brémont) et de fusionner avec la ligne A.

Ensuite, elle desservirait le quartier Monplaisir par le boulevard Allonneau, puis le futur quartier Provins, avant d'arriver au parc des expositions (terminus nord). Des sections en site mixte (voiture-tramway) pourraient être envisagées pour traverser certaines voiries étroites, comme le centre de Beaucouzé, le pont sur la Maine, les rues Brémont et Marceau, ainsi que la rue Louis-Gain. Notons que le futur centre commercial Atoll ne sera pas desservi, du moins dans un premier temps. Une fourche pourrait être créée vers le pôle. Toutefois, Didier Roisné, le maire de Beaucouzé se félicite de la solution retenue : "je suis content qu'on ait préféré le centre-ville de Beaucouzé à la zone économique Atoll".

Les 32 stations devraient desservir 63 000 habitants et 27 000 emplois, dans un rayon de 400 mètres alentour, soit une densité de 7 000 personnes au km, en comptant la population étudiante. Trois parkings-relais sont envisagés : le premier  à l'échangeur de Beaucouzé, un second le long de l'avenue Montaigne afin de capter les flux de l'A 87 (ex rocade Est) et un troisième près du parc-expo.41 000 voyageurs pourraient emprunter cette ligne chaque jour. Une rame de tramway pourrait passer toutes les 7 minutes en heure de pointe.

Reste la question épineuse du financement. L'investissement  devrait s'élever à 350 millions d'euros.Ce qui n'a pas manqué de faire réagir Laurent Gérault. L'élu de l'opposition a évoqué la « situation financière alarmante » de l'agglo. Il s'étonne également de l'échéance fixée pour la réalisation (2020-2025), alors que les commissaires-enquêteurs préconisaient une mise en service en 2015. Pour Bernadette Caillard-Humeau, la réponse est claire : "nous n'avons pas les moyens de démarrer deux lignes". Toutefois, en cas d'aide de l'État, le chantier pourrait démarrer plus tôt.

La réalisation de la ligne B pourrait avoir lieu en plusieurs phases (gare-Beaucouzé, puis gare-Monplaisir ou gare-Provins) ou par demi-ligne.

Source : Ouest France