Un centre de lutte contre le terrorisme
à Montreuil-Juigné ?


Le site de l'Etas, au nord d'Angers - Crédits : Armée de Terre

Samedi 10 juillet 2010. L'ETAS, établissement technique d'Angers, devait fermer ses portes voici trois ans, laissant 420 salariés sur la carreau. Des projets semblent aujourd'hui émerger. Parmi eux, l'installation d'un centre européen de lutte contre le terrorisme. L'annonce a été faite en préfecture par le député-maire d'Avrillé, Marc Laffineur. Un projet qui, s'il voyait le jour, pourrait générer des centaines d'emplois.

Les représentants du personnel CGC, Unsa et CFTC n'y croient pas. Selon eux, "la casse de l'Etas est actée, avérée" et ce futur pôle européen - voir international - est "un camouflage, un leurre". Son de cloche différent du côté des représentants CGT et CFTC pour qui ce centre ne peut " que conforter la pérennité du site". Toutefois, pour eux aussi, le compte n'y est pas. Ils entendent "se battre jusqu'au bout pour un groupement de soutien à la base de Défense."

Mais alors, si ce centre devenait réalité, qu'adviendrait-il du projet de nouvelle prison, évoqué il y a quelques jours par le président d'Angers Loire Métropole, Jean-Claude Antonini ?  Cette nouvelle maison d'arrêt nécessiterait une quinzaine d'hectares sur les 200 de l'Etas. De plus,Zach Système, qui se trouve à proximité, est une entreprise classée Seveso. Ce qui pourrait poser de gros problèmes en cas d'évacuation d'urgence de la prison. Le préfet estime d'ailleurs ce projet « peu probable ». Jean-Claude Antonini s'est presque excusé d'avoir proposé le site de l'Etas, expliquant qu'il ne s'agissait pas de "perturber le jeu mais de donner une hypothèse supplémentaire".

Source : Ouest France