Center Parcs du Grand Ouest :
La Vienne préférée à l'Anjou

Samedi 28 août 2010. La décision était attendue pour l'automne, elle est finalement arrivée plus tôt que prévu. Le groupe Pierre et Vacances a décidé de privilégier la Vienne plutôt que l'Anjou pour implanter son 6ème Center Parcs de l'hexagone.

Si la proximité du Futuroscope a pu être un atout, le poids de la politique a également été très important dans le choix final. L'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin s'est ainsi personnellement impliqué dans cette affaire. L'actuel secrétaire d'Etat au tourisme, Hervé Novelli, a également fait pencher la balance du côté de la Vienne. Maire de Richelieu (Indre-et-Loire), sa ville se retrouvera à seulement une demi-heure des Trois-Moutiers (Vienne), commune où doit s'implanter le nouveau Center Parcs. Un autre élément semble avoir été déterminant : la Caisse des dépôts et consignation est actuellement l'unique propriétaire du terrain devant accueillir le projet, ce qui simplifira grandement les démarches.

Pour le moment, l'information n'est pas encore officielle. Le groupe Pierre et Vacances explique en effet qu'il entre "dans une période d'étude exclusive en laissant pour l'heure les projets du Maine-et-Loire. Un temps qui nous permettra de mener toutes les études. On se laisse jusqu'à la fin de l'année pour prendre notre décision".

La déception est grande du côté de l'Anjou, même si le futur complexe ne sera situé qu'à une dizaine de minute en voiture de Montreuil-Bellay et de Fontevraud. Pour Christophe Béchu, président du Conseil général, le bassin d'emploi du Saumurois "devrait tout de même profiter de l'aubaine, à condition de mettre en place une stratégie pour ramener les touristes vers le Maine-et-Loire". Il devrait d'ailleurs rencontrer ses homologues de la Vienne au cours des prochaines semaines.

Source : Le Courrier de l'Ouest - Crédits photo : Center Parcs