J'ai testé deux attractions
phares de Terra Botanica

DSCN0008
L'entrée du "Voyage au centre de la plante"

Dimanche 4 avril 2010. Comme des milliers de visiteurs hier, j'ai eu l'occasion de découvrir en avant-première Terra Botanica. Première impression très positive : le parc vous transporte hors du temps et dans un autre monde. De jardins en jardins, le visiteur ne sait plus où donner de la tête tant il y a voir.  Si Terra Botanica se veut avant tout un parc "ludactique", il recourt néanmoins aux techniques des parcs d'attractions avec des animations phares à même d'attirer le touriste. Parmi elles : "Voyage au centre de la plante", un cinéma dynamique 4D, et "Les grandes explorations".

Les grandes explorations
Après 10 minutes d'attente, je rentre dans une salle symbolisant un voilier. Assis sur des caissons de bois, je suis plongé dans le noir et un rideau d'eau apparaît. C'est sur ce rideau que le film retraçant la traversée de l'Atlantique est projetée. Charles Berling, dans le rôle de l'explorateur Aimé Bonpland, se profile et commence sa narration, bientôt rejoint par Stéphane Freiss, alias Alexandre Von Humboldt. Le ciel se fait de plus en plus menaçant, la traversée se gâte, les vagues impressionnantes font craindre le pire. Le vent se lève dans la salle, les voiles au-dessus de ma tête se soulèvent, les éclairs illuminent la salle et quelques embruns nous arrosent. 5 minutes plus tard, le film est déjà terminé. La tempête annoncée est spectaculaire, le film superbement réalisé mais pour ce qui est de vivre la tempête de l'intérieur, je reste quelque peu sur ma faim. Je sors du voilier et débarque sur une plage du Vénézuela. Il fait 28 degrés et le taux d'humidité est à 80%. Je découvre le campement d'Aimé Bonpland qui est finalement bien arrivé à destination. La végétation est luxuriante et le dépaysement assuré.

Voyage au centre de la plante
Passé l'impressionant hall d'attente symbolisant les racines d'un arbre, avec un magnifique rideau d'eau (photo ci-dessus), j'accède à la salle. Première impression : elle est beaucoup plus petite que je ne l'avais imaginé. On me distribue la fameuse paire de lunettes indispensable à tout cinéma en relief. La plaquette me prévient : il s'agit de l'une des attractions les plus sensationnelles. Il va falloir s'accrocher au fauteuil ! La salle est plongé dans le noir et le film démarre. Une sympathique petite goutte d'eau apparaît : le voyage peut commencer. Première déception : la 4D n'est pas très probante et je ne me sens pas aspiré par l'écran et l'action. Deuxième déception : alors que la goutte fait un voyage mouvementé à l'intérieur de l'arbre, les fauteuils ne me font pas ressentir cette agitation et tout cela reste bien gentillet question sensation forte. Reste que ce voyage offre une vision tout à fait inédite de l'intérieur d'un arbre.

Conclusion
Il apparaît clairement que Terra botanica n'est pas un parc d'attraction, mais bien un parc ludique et pédagogique comme aiment à le rappeler Christophe Béchu et Jean-Pierre Chavassieux (président de la société d'exploitation). Ceux qui s'attendent à un futuroscope du végétal seront déçus, même si cela n'a jamais été l'ambition des ses concepteurs. Par contre, pour apprendre des choses et passer un moment en famille, Terra Botanica est l'endroit idéal. Il n'y a qu'à voir le plaisir que prenaient les enfants à tester les attractions spécialement créées pour eux. Le parc offre également un dépaysement étonnant. Qu'on se le dise : Terra Botanica sera le parc de la détente intelligente et familiale !